Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

La gourmandise est un vilant défaut ! [ With Nuage de Crème ]
Invité
Invité
Jeu 21 Fév 2013 - 13:44
- Qu'elle belle journée d'hiver !

Aahh .. le soleil, la petite brise fraiche qui vient vous caresser le pelage, le chant des oiseaux, et surtout, pas un seul bruit de chat qui se bagarre, de monstre de Bipède, rien de tout cela. Cette journée s'annonçait être une journée parfaite. Pourtant, quand j'étais partie chasser, il n'y avait mais absolument aucune proie ! La seule chose que j'ai réussit à dénicher .. un criquet ! Ce petit bestiaux ne suffisait absolument pas à remplier mon estomac d'ours. La seule chose qui m'était venue à l'idée, c'était d'aller chiper de la nourriture chez les Bipèdes. J'y courais donc, j'y fonçais, j'y volais. Au passage, j'avais vérifier la maison de mes amis disparus, mais toujours aucun signe d'eux.. les inconnus étaient encore dedans. Un de ces jours, j'irais leur botter les fesses, moi ! Bref, revenons à nos moutons. Je me retrouvais finalement en ville. Les Bipèdes étaient bizarres, surtout les jeunes, eux, je ne les aimais pas du tout ! Une fois, un Bipède m'avait prise par la queue et m'avait trainée vers ses congénères pour essayer de me faire du mal. Mais je lui avait labouré le visage avec mes - superbes - griffes. Aujourd'hui, ils avaient l'air d'être calme. J'entendais soudainement un humain hurler des paroles que je ne comprenais pas. Je me mis sur deux pattes -ce qui avait fait rire une petite Bipède qui me pointait en doigt en tirant sur une matière rose que portait sa mère, je suppose - et j'observais les alentours. Je ne savais pas ce qu'il avait à crier comme cela mais, moi, je voyais qu'il avait de la nourriture ! Je m'engagea donc à traverser une rivière de Bipède qui dévalaient les trottoirs en se bousculant de partout, puis me dirigea vers ce tas de nourriture. Qu'est-ce que sa sentait bon .. ! Je m'approchais très, très discrètement, jusqu'à que le Bipède est le dos tourné et.. hop ! Je sauta sur sa boite bizarre, pris une grosse pièce de nourriture, et je fila à toute allures. Il s'en ai rendu compte et se mis à me poursuivre. J'avais une de ces peurs .. ! En plus de ça, j'ai cru qu'il allait me frapper avec son espèce de cuillère déformée ! Il criait, il criait ! Je crois que j'avais jamais couru aussi vite de toute ma vie. En pleine course, j'étais tellement concentrée sur ce Bipède en furie et bam ! Je m'étais prise quelque chose. Et j'avais l'impression d'être allongée sur un coussin, comme chez mes amis disparus. Confortable.. mais il bougeait ! On aurait dit qu'il respirait .. Après un moment de réflexion, je m'étais rendue compte que je m'étais assise sur un pauvre chaton -assez grand quand même-. Je n'avais même pas eu le temps de hurler que le Bipède était sur le point de me rattraper. J'essayais de prendre l'autre par la peau du cou, je le trainais partout le pauvre mais on avançait guère !

- REPREND TOI ! REPREND TOI !

Je n'arrêtais pas d'hurler pour qu'il se réveille -ah oui, avec mon poids c'était un peu normal qu'il était un peu dans la lune, haha .. ! - et heureusement, le Bipède avait trébuché sur un carton et était tombé. J'avais tellement envie de rigoler, mais bon, je n'avais pas le temps. En voyant une grande grille, je décida de l'escalader, seule, mais je pris la peine de jeter un œil sur le pauvre chat embarqué dans la course poursuite pour éviter que le Bipède ne l'attrape.
Anonymous
Invité
Invité
Ven 22 Fév 2013 - 10:24
Encore une journée d'hiver qui commence. Il ne fait pas encore jour quand je m'éveille. Je lève la truffe et observe les alentours, autour de moi les autres apprentis dorment à poing fermé. Je me lève en douceur et silencieusement pour ne pas réveiller les autres. Je sors dans la clairière et frisonne sous le brise glacial du matin. Je m'assois près de l'entrée de la tanière et fit une toilette complète. Mon pelage était toujours aussi duveteux que mon pelage de chaton. J'aimais bien mon pelage de chaton, crème et blanc, soyeux et doux. Et puis d'une certaine manière cela m'aller bien. Mes babines s'élargir en un sourire quand j'ai pris conscience de ce à quoi je pensais. Je me lève et pris une pièce de gibier dans le tas qui commençait déjà à être en manque. Après un repas rapide, je me dirige sans attendre vers le tunnel d'ajonc qui menait à la forêt. Arrivé à la fin du tunnel je m'élance avec la rapidité d'un guerrier dans les bois à la recherche de proie. Un long moment passe et le soleil commence déjà à être haut dans le ciel. Un bruit distincte se fait enfin entendre, le bruit de petites griffes sur le sol, un petit cœur qui bat. Je lève la truffe pour mieux sentir les odeurs alentour. Très rapidement, je repère ma proie. Mes manques de chance, elle-même repère ma présence. Alors, commence une course poursuite moi l'empêchant de se cacher, elle se sauvant de mes griffes. Toute deux l'on sortie du territoire sans le voir et l'on se dirigea vers la ville. Lorsqu'elle m'échappa, je lève la tête pour observer les alentours, car je n'avais pas reconnue les odeurs qui m'entouraient. J'étais dans une rue de la ville, toutes ces odeurs nauséabonde me prenait le nez. Je regarde autour de moi, perdu, j'étais perdu dans un endroit que je ne reconnaissais pas. Un cri incompréhensible, suivi d'un tremblement me fit tourner la tête. Un chat me foncer dessus poursuivit par un bipède mécontent, mes poils de mon pelage se dressèrent, ma queue gonfla de volume. Avant le choc entre moi et le félin, je pus voir le bipède tomber. Le féline, car c'était une femelle se releva d'un bond, m'obligeant à faire de même, encore sonné par le choc de la collision, je l'ai suivie tant bien que mal. Elle saute sur une grande grille, elle décide de l'escalader, mais je la vis prendre le temps de jeter un coup œil sur moi. Je l'ai suivie tant bien que mal. Le bipède c'était relevé. Il s'avança en grande enjambait vers moi, il m'attrape la queue. Mon hurlement de douleur et de rage retentis. Je me tourne vers lui et lui saute dessus, lui envoyant des coups de griffes au visage dont l'un très près de l’œil. Il me lâcha en hurlant à son tour de douleur. J'en profitais pour m'enfuir à la suite de la féline. A bout de souffle elle nous fit sortir de la ville et nous emmena vers une clairière où nous pûmes nous cacher dans les hautes herbes pour reprendre notre souffle.
Anonymous
Invité
Invité
Mer 27 Fév 2013 - 11:07
Après être arrivées dans un endroit que je ne pris pas la peine de regarder, je me tourna brusquement vers la petite.

- Bon sang, le coup de griffe que tu lui as donné à ce saleté de Bipède, waouh !

J'étais toute excitée, voir une petite se défendre si bien, ça n'était pas normal ! Tout les chats de son âge que j'ai rencontré étaient encore en train de suivre leur mère et de piailler dès qu'ils se coupaient à peine avec une petite ronce. Moi qui n'aime pas d'habitude les chats jeunes, je devais avoir que j'avais eu un petit faible pour cette petite bagarreuse. Mais soudain une idée me vint à l’esprit. J'avais remarqué que dans la forêt où j'avais installé ma tanière il y avait des groupes de chats qui vivaient ensemble pour défendre leur territoire. Peut-être que cette petite fait partit d'un de ces troupeaux de matous, qui d'ailleurs, ne sont pas très sympa. Quand j'ai voulu m'installer pour la première fois dans cette forêt, un groupe de ces chats m'avaient attaqués. Tout ça parce que je bronzais tranquillement dans leur "terres de chasses". Ils sont si bêtes, le partage alors, ils ne connaissent pas ? Je n'allais tout de même pas juger cette petite. S'il faut, elle, elle est différente.

- Dit-moi, tu fais partie de ces clans de chats qui vivent dans la forêt ? Tu ne sens pas pareil que ceux que j'ai déjà rencontré.. Il doit y en avoir pleins. Je n'aime pas tellement ces chats, ils ne sont vraiment pas sympa. Même si je me ramène chez eux avec la peau sur les os, ils me chasseraient !


Je fixa la petite, avec mon air enjoué habituel -que je ne perds quasiment jamais- et lui adressa un sourire.

- Tu dois sûrement avoir un nom spécial, j'ai toujours entendu les gros matou appelé les plus jeunes "Nuage". C'est vraiment bizarre comme nom je trouve, tellement compliqué à retenir .. Moi en tout cas, je suis Gaman ( à prononcer Gamane ! ) , aussi simple que ça !

Je parlais, je parlais, mais je n'avais même pas laisser la petite le temps de répondre. Haha .. Mon plus gros défaut est bien que j'étais un moulin à parole ! Mais je m'en rendis compte et laissa la jeune chatte répondre, je l'observais de haut en bas, elle était déjà musclée.
Anonymous
Invité
Invité
Ven 1 Mar 2013 - 18:58
Un moment après que je me suis arrêtée à côté d'elle, elle prit la parole, ne prenant pas la peine d'observer les alentours de la clairière pour vérifier qu'il n'y avait aucun danger. Ce que je fis à sa place avec beaucoup de sérieux. Tout en l'écoutant d'une oreille:

- Bon sang, le coup de griffe que tu lui as donné à cette saleté de Bipède, waouh !

Sa voix vibrer d'excitation, elle ne semblait pas comprendre l'ampleur du danger qui nous avaient menacés. Je me tourne brusquement vers elle, j'avais rarement et c'est dans des cas excrément que je laissais ma colère jaillirent de moi, d'ordinaire douce et gentille, serviable et discrète, mais surtout tête dans les nuages je ne m'étais presque jamais en colère, mais cette femelle, cette étrangère ne semblait pas comprendre le danger qu'elle avait pris et le danger dans lequel elle m'avait emmené. Mais je ne pus prendre la parole car elle reprit:

- Dis-moi, tu fais partie de ces clans de chats qui vivent dans la forêt ? Tu ne sens pas pareil que ceux que j'ai déjà rencontré.. Il doit y en avoir pleins. Je n'aime pas tellement ces chats, ils ne sont vraiment pas sympa. Même si je me ramène chez eux avec la peau sur les os, ils me chasseraient !

Elle m'observe et souri en ajoutant:

- Tu dois sûrement avoir un nom spécial, j'ai toujours entendu les gros matou appelé les plus jeunes "Nuage". C'est vraiment bizarre comme nom je trouve, tellement compliqué à retenir .. Moi en tout cas, je suis Gaman ( à prononcer Gamane ! ) , aussi simple que ça !

Je relève la tête, la queue bien haute, je m'approche d'elle dans une position de combat menaçante, faisant rouler sous mon joli pelage mes muscles, lui montrant à qu'elle point elle pouvait être en danger en ma compagnie. Puis je vis qu'elle semblait affamer et le cri pousser par son ventre donna raison et ma colère disparue sans plus aucune trace. Je m'assois devant elle et dis en poussant un soupir:

- Oui c'est exacte. (bombant le torse pour l'impressionner, j'ajoutai avec une voix douce) Je fais partie du clan de l'Ombre un clan qui semble sans coeur; mais quand on les connait bien ils sont doux et gentils. Nos terrains de chasse nous appartiennent, nous avons des anciens, des reines et leurs chatons, les guerriers et nous les apprentis à nous nourrir, nous sommes trop nombreux pour nous permettre de laisser du gibier à des inconnus. Tu sembles fatiguée et affamée.

Elle hoche imperceptiblement la tête. Je l'observe quelques instants et lui dis, tout en me détournant et courant vers un endroit qui semble propice pour trouver du gibier:

- Attends moi là.

Je sens alors le fumet odorant que laisser les traces ou la présence de gibiers. Je m'accroupis et écouta, ralentissant mon souffle pour ne pas me faire repérer. Une souris sort enfin d'une petite tanière, elle semble bien dodue, je m'avance silencieusement et d'un coup lui sauta dessus, lui rompit le coup et retourna auprès de la féline. Je lui dépose la proie devant elle et lui dis:

- Va y goûte, c'est un délice je t'assure.

Je l'observe manger la souris tout en essayant de me repérer. Puis je me souviens de sa question et je lui dis:

- Les chatons âgés de leur naissance à 6 lunes reste auprès de leurs mères et sont souvent nommés Patte/ Petit/ Petite/ et Boule. Mais arrivé à l'âge de 6 lunes nous quittons la vie douillette de la pouponnière pour devenir apprentis sous le nom de Nuage, moi c'est Nuage de Crème j'ai 9 lunes, dans 3 lunes je deviendrais guerrière. Les guerriers, eux, portent toute sorte de noms comme Perle de Pluie, Prune de Vie, Symphonie des Arbres... ect

Puis ayant fini mon explication je repris mon repérage.
Anonymous
Invité
Invité
Dim 3 Mar 2013 - 17:38
La petite s'approcha de moi avec son air menaçant. Genre, elle était peut-être musclée mais je n'en faisais qu'une bouchée ! Mais j'aimais son audace. Quelle petite ! Au moment où je voulais un peu m'amuser avec elle, mon ventre se mit à crier comme si on était en train de l'étouffer. Il allait me le payer, ce fichu ventre. Voilà que maintenant la petite s'assit devant moi en soupirant. Intérieurement, je rigolais.

- Oui c'est exact. (bombant le torse pour m’impressionner, elle ajoutait avec une voix douce) Je fais parti du clan de l'Ombre un clan qui semble sans cœur mais , quand on les connait bien , ils sont doux et gentils. Nos terrains de chasse nous appartiennent, nous avons des anciens, des reines et leurs chatons, les guerriers et nous les apprentis à nous nourrir, nous somme trop nombreux pour nous permettre de laisser du gibier à des inconnus. Tu semble fatiguée et affamée.

Avec toutes les ruelles que j'avais traversé pour échapper à ce fichu vieux Bipède, il y avait de quoi ! Sans que je m'en aperçoive, j'avais hoché de la tête. A force de me parler à moi même dans ma tête, j'en finissais par montrer mes émotions extérieurement. Un jour, on me prendra pour une folle, c'est sûr.

- Attends moi là.


Quoi ? Elle allait me chercher à manger ? J'allais me lever pour l'empêcher d'aller seule en ville, mais elle se dirigea vers les buissons. Il n'y avait pas à manger là bas, qu'est-ce qu'elle faisait ? Après un moment de réflexion dans ma tête et le soudain bruit de feuillage dût au saut de la jeune femelle, je me rappelais que c'était un chat de forêt, et qu'évidemment, elle chassait, au lieu de voler. Pourquoi s'embêter à faire ça alors que la nourriture des Bipèdes était meilleure et qu'on s'amusait plus à les chiper ? Elle me ramena une -minuscule !- souris devant moi. C'était déjà ça.

- Va y goute, c'est un délice je t'assure.


Je n'en fit qu'une bouchée. Pour un ventre sur patte comme moi, cette souris ne valait pas plus qu'une poignée de chips à l'apéro. Mais l'intention me touchait !

- Les chatons âgés de leur naissance à 6 lunes reste auprès de leurs mères et sont souvent nommé Patte/ Petit/ Petite/ et Boule. Mais arrivé à l'age de 6 lune nous quittons la vie douillette de la pouponnière pour devenir apprentis sous le nom de Nuage, moi c'est Nuage de Crème j'ai 9 lunes, dans 3 lunes je deviendrais guerrière. Les guerriers, eux, portent toute sorte de noms comme Perle de Pluie, Prune de Vie, Symphonie des Arbres... ect

Elle regarda autour de nous sans même se préoccuper de ma réponse, ni de ma réaction. Celle-là, elle devait en faire voir de toutes les couleurs à ses camarades. Je me lécha la patte.

- Enchantée, jeune chatte ! Mais c'est compliqué vos trucs, je suis bien contente de ne pas être parmis vous, je n'y comprendrais absolument rien !

Je me mit à rire, et en gloussant, j’ajoutai :

- T'imagines, je m'appelle euh .. Petit Hot-Dog, puis après Nuage de Hot-Dog -hmm, que j'aimerais que sa existe !- et puis euh.. Saucisse de Hot-Dog !

Fou rire toute seule. Mais je rigolais tellement que je faisais fuir toutes les bestioles autours de moi. Vu la tête que faisais Nuage de Crème, j'avais d'abord cru que je l'avais traumatisé, ce qui était encore plus drôle ! Mais quand je décidais de m'arrêter, j'y arrivais, et en une fraction de seconde, je pris un air très sérieux. En l'ayant vu regarder autour d'elle, je me doutais un peu qu'elle semblait un peu inquiète. Elle devait avoir peur que le méchant Bipède revienne. En regardant autour de moi, je vis des tas de gros cailloux taillés sortant du sol avec des fleurs devant la plupart des pierres. En m'approchant d'une d'elle, je me rendis compte qu'on était en fait.. dans .. dans dans ... un cimetière .. Je devins toute pâle tout d'un coup. J'avais une peur, une phobie, énorme des fantômes. Et si il y a des morts ici, il doit y avoir des fantôme. Je regardais la petite avec un air terrifié et soudain :

- AAAAAAAAAAAAAAAH maman j'ai peur des fantômes au secours qu'est-ce que je fais ici, ahh .. !


Je m'étais cachée carrément derrière Nuage de Crème. Je ne cessais de répété non de dieu, tout en regardant autour de moi. De plus, le soleil se couchait. Une atmosphère lugubre y régnait quand on regardait bien, il y avait même du brouillard. Soudain, un papillon se posa juste sur mon museau. En ayant cru que c'était un fantôme, je bondis deux fois en arrière en criant comme une tarée et m'enterra la tête sous terre. Non, mais c'était fichu là, les cimetières, ce n'était vraiment pas possible pour une froussarde comme moi.
Anonymous
Invité
Invité
Mar 5 Mar 2013 - 22:02
Elle se lèche la patte, ce qui attire mon attention, j'avais très bien entendus sa réponse mais l’endroit ou nous nous trouvons me semblé familier. Sa voix s’élève avec douceur, je souri:

- Enchantée, jeune chatte ! Mais c'est compliqué vos trucs, je suis bien contente de ne pas être parmis vous, je n'y comprendrais absolument rien !

Elle rit, un rire cristallin suivit par des gloussement, avant qu'elle n'ajoute :

- T'imagines, je m'appelle euh .. Petit Hot-Dog, puis après Nuage de Hot-Dog -hmm, que j'aimerais que sa existe !- et puis euh.. Saucisse de Hot-Dog !

Elle se met à rire, seule, un fou rire qui dure un bon moment. Autour de nous je senti le gibiers fuir, fuir le bruit du rire, ils étaient effrayés. Je la regarde de travers, je ne voulais pas rire j'étais perdus perdus dans un cimetière. Mais qu'est ce qui lui prenait à la fin, elle commencer à irritée, j'avais peur, la nuit aller bientôt descendre sur nous, et il me serais impossible de rejoindre mon clan dans une nuit sur un territoire inconnue. Soudainement elle prit un air sérieux, vous savez cet air qu'on les mentor quand il vous apprennent une technique. Mais bon elle avait dus enfin ressentir mon malaise. Une fois de plus j'observe les alentour, non je ne reconnais pas, vraiment pas même. J'étais aussi un peu inquiète à cause de ce bipède. Après tout qui nous dit qu'il ne nous avaient pas suivit jusque notre refuge. La femelle se décide enfin à observait autour d'elle, elle observe les gros cailloux, les tombes plus exactement, devant un tas de fleur qui commencée à fanée ou venait d'être mit y reposé. Aussi soudainement, que je ne mis attendait pas, je vis son visage se décomposée, si elle avait était une bipèdes, sa peau serait devenus très pâle, presque blanc. Son regard ce pose sur moi, un regard empli de terreur, que je me demande se qu'elle à découvert, mais avant que je ne prennent la parole, elle cris à plein poumon :

- AAAAAAAAAAAAAAAH maman j'ai peur des fantômes au secours qu'est-ce que je fais ici, ahh .. !

Elle saute derrière moi, je l'observe au dessus de mon épaule avant de reporter mon regard sur l'endroit qu'elle avait vue quelques infants plus tôt. Elle ne cessais de répétée non de dieu, tout en regardant autour de nous. De plus, le soleil se couchait, faisant naître des ombres sur les tombes, une douce brume se leva et un impression, un air lugubre s’installa. Un joli petit papillons noir comme la nuit voletait dans les air. Il s'approche de la féline est se pose sur son museau, cette dernière sursauta, elle hurle une nouvelle fois à pleins poumons me déchirant les tympans. Mais ce qu'elle fit après m'éberlua, elle entera sa tête dans une touffe d'herbe et de terre. Je l'observe avant d'élevé la voix pour lui dire:

"- Il n'y à rien, aller viens on sort de ce cimetière, au moins tu sera tranquille. "

Et sans plus, je me détourna sans voir si elle me suivait, je partie d'un pas lent pour lui laissait le temps de me rattrapée. Sur le chemin pour trouver la sortie, je regarder discrètement si elle était toujours auprès de moi, parfois je lui disait des mots doux et gentille pour la rassurait.
Anonymous
Invité
Invité
Dim 14 Avr 2013 - 10:13
[[Up]]
Anonymous
Invité
Invité
Mer 1 Mai 2013 - 15:08
[ Je m'excuse encore du retard.. XD ]


"- Il n'y à rien, aller viens on sort de ce cimetière, au moins tu sera tranquille. "


Dès que ses paroles fut prononcées, je sortis ma tête d'un coup sec de l'herbe et alla la rattraper. J'avais un peu honte de me faire rassurée ainsi par une si jeune -et noble- chatte. En fin de compte, elle avait l'air plutôt sympa.
Un fois sorties de cet endroit maléfique et cauchemardesque, je repris mon souffle. L'air ambiant était déjà bien plus apaisant. Ma bonne humeur habituelle était revenue.

- Tiens, puis-ce que tu m'as aidé, je vais t'offrir une récompense ! Suis-moi !

Je me mis à détaler pour traverser la route sans l'attendre quand un déluge de monstre à deux roues arrivèrent vers moi. Ces engins-là ne faisait pas de bruit et ne sentait pas mauvais, contrairement aux autres espèces de monstre à quatre pattes dans lesquels les humains sont croupis à l’intérieur d'eux. Je n'avais pas le temps de traverser, et les humains se ruèrent vers moi. Je les entendu hurler des mots incompréhensibles en me regardant et, pris de panique, ils dégringolèrent tous et réussirent pour une grande majorité à m'esquiver. Enfin, si je ne m'étais pas dandiner comme une algue emportée par le courant d'eau, je me saurais fait écraser de toute les côtés. Mes réflexes extraordinaires ont toujours été quelque chose qui me plaisais énormément. Un dernier -jeune- Humain se ruait vers moi, un peu en retard. Si il continuait d'avancer, il se prendrait les pattes dans le troupeau d'Humains qui se sont ramassés au sol. Il fallait faire quelque chose, et d’instinct, je couru en sa direction. L'imbécile a eu tellement peur qu'il se jeta sur le coté, avec son engin à deux pattes rondes. Les poils hérissés, je me suis demandait si il allait bien. Je m'approchais de lui quand il poussa un gémissement et se mit à hurler tout en versant des larmes. Quel bruit effrayant.. ! Je pris mes jambes à mon cou tout en regardant si l'autre me suivait. J'entendis des pas derrière moi, je supposais alors que c'était elle. En arrivant dans un petit parc situé juste à coter du cimetière, en fouinant un peu ici et là, je me mis à creuser. Oui, c'était mon petit trésor, je cachais beaucoup de choses un peu partout dans la ville. Malheureusement, le plus souvent, j'oubliais complétement les endroits où j'avais enterré des choses .. !

- Tiens, c'est pour toi !

Je me retournais, prête à lui donner des bonbons humains. Ces choses-là sont vraiment délicieuses, j'en avais volé à un bébé Humain. Il avait eu la même réaction que celui qui est tombé du vélo : des hurlements atroces avec des larmes. Je ne comprendrais jamais ce que signifie cette réaction chez eux.
Anonymous
Invité
Invité
Dim 2 Juin 2013 - 18:34
Nous marchions d'un pas calme est rapide. Regardions de temps à autre si la jeune femelle nous suivaient. Lorsque finalement nous sortîmes de ce cimetière, la chatte repris son souffle et se calma. Mais avec son calme revenue, sa bonne humeur pointa le bout de son nez et en même temps ce qui nous sembla être son inconscience au danger. Sa voix s’élève tonitruante dans la paisible nuit:

- Tiens, puis-ce que tu m'as aidé, je vais t'offrir une récompense ! Suis-moi !

Nous la vîmes se retourner et traverser un chemin du tonnerre sans regarder de chaque côté. Nous nous aplatîmes au sol le souffle couper, l'échine redressait par le peur, notre pelage qui peut de temps avant était plat et lisse était à présent redresser doublant de volume. Nous vîmes un déluge d'objet brillant portant de bipèdes lui fondre dessus. nous fermâmes les yeux pour ne pas voir la suite. Nous entendîmes des cris de bipèdes, des sorte de crissement, une forte odeur de brûler, des bruits de chutes et d’arrêts précipitaient. Puis un derniers bruit de chute, les pleures d'un mini bipède tonitruante, à en faire mal au oreille. Nous ouvrâmes les yeux pour constater des dégâts de la chatte solitaire qui soudainement et toujours aussi folle après avoir frôlait la mort ce ruait à présent vers le petit des sans fourrure. La fourrure toujours dressait sur notre échine nous vîmes le jeune se jeter dans les broussailles prêt de la route, la chatte errante s'approcha de lui, puis quand celui-ci gémit et hurla comme quand nos chatons était triste, elle s'enfuis à toute jambe. de l'autre côté du chemin, nous regardâmes avec prudence que plus rien ne foncerais sur la route et nous traversâmes comme si nous étions poursuivit par un blaireau, un chien et un renard. Nous rattrapâmes facilement la solitaire. Elle nous emmena jusqu'à un parc prêt du cimetière. Nous la vîmes fouiner de-ci delà comme les chiens faisait parfois. Soudain, il nous sembla qu'elle était contente et fière d'avoir trouver des sorte de grosse pierre de différentes couleurs. Nous nous assîmes et prîmes le temps de nous faire une toilette complète replaçant notre pelage correctement. Elle nous dit, fière d'elle en déposant sont trésor devant nous:

- Tiens, c'est pour toi !

Nous la regardâmes avec méfiance, nous approchâmes des grosses pierres pour sentir, qu'avait-il de si spéciale dans ces cailloux?? Nous ouvrîmes la bouche pour dire tous en pointant les pierres du bout de la queue:

"- Que veut tu que je fasse de ça?? "

Lorsque les événements récents refirent surface une bouffée de colère, mêlée à de la l’inquiétude:

"- Tu te rend compte de la bêtise et de l’inconscience dont tu fais preuve?? Bine des chat sont mort en traversant le chemin du tonnerre et toi qui plus es tu court vers l'un de ces ... ces..."

Nous ne trouvâmes pas nos mots ce qui nous irrita grandement. Nous terminâmes notre phrase par:

"- Pour de simple cailloux en couleur. Tu est complètement folle, tu n'est une cervelle de souris. "
Anonymous
Invité
Invité
Mer 19 Juin 2013 - 19:56
J'étais toute contente de pouvoir partager quelque chose avec quelqu'un. Je n'avais pas beaucoup de contact avec d'autres chats. Malheureusement, mon enthousiasme ne fut pas réciproque, l'autre avait un air méfiant et semblait irrité.

-  Que veut tu que je fasse de ça ??

Hu ? Les manger peut-être ? La nourriture, sa se mange à ce que je sache, non ? Cette petite chatte était vraiment bizarre. Je la dévisagea un moment, ne comprenant pas pourquoi elle avait dit ça. Avant que je ne puis lui demander, elle se met soudainement encore plus en colère. 

- Tu te rend compte de la bêtise et de l’inconscience dont tu fais preuve?? Bien des chat sont morts en traversant le chemin du tonnerre et toi qui cours vers l'un de ces ... ces...

Silence. Elle ne savait plus quoi dire. Pendant ce temps, je la regardais perplexe, les yeux ronds, grands ouverts et l'écouta sans broncher. Elle semblait irrité, peut-être ne trouva-t-elle pas les mots pour terminer sa phrase ? Mais finalement, elle continua avec le même ton de voix.

- Pour de simple cailloux en couleur. Tu est complètement folle, tu n'est une cervelle de souris. 

Pour.. pour de simple cailloux en couleur ? C'était donc ça ! Elle ne savait pas ce que c'était ! Un petit rire m'échappa, que les chats de gang sont incultes ! Ils devraient un peu plus explorer les horizons et apprendre à connaître le monde dans lequel ils vivent ! Bon, si je continuais de rire, à coup sûr, j'allais me prendre une gifle. Cette petite avait un fort caractère, contrairement à moi, qui a une pure âme d'enfant. Le fait qu'elle me fit la leçon ne m'irrita pas le point du monde. 

- Bien des chats sont morts, oui, mais pas moi ! Cela se voit que tu ne me connais pas, ma petite ! Des choses comme ça, il m'en arrive je ne sais pas combien de fois par jour ! 

Je lui fit un sourire tout mignon et remplie d'innocence. J'étais jeune, dans le vent, libre de faire ce que je voulais, je pouvais vivre des aventures extraordinaires, explorer le monde entier, tandis que elle était bloqué dans sa forêt. Elle ne le savait pas peut-être, mais j'aimais les sensations fortes, j'aimais savoir que chaque jour il m'arrivera des choses les plus dangereuses, folles et excitante les une que les autres.  

- Et pour ce qui est des cailloux de couleur, ils servent à ça.

Je lui balança une boule rouge en plein dans sa gueule qu'elle fut forcé d'ouvrir. A mon avis, elle allait encore plus se mettre en colère, ou bien elle se rendra compte que ce cailloux à un goût fabuleux. Je pris le temps de prendre une boule jaune -avec un peu de terre dessus- et la mâcha. C'était des boules qu'ils fallaient mâcher tout le temps, elles ne s'avalaient pas. J'aimais beaucoup, car elles nettoyaient mes dents pleines de tartres. Si la petite était si intelligente, à mon avis elle savait que ça ne s'avalait pas directement. 

- Alors ? C'est super bon non ? Attention à ne pas t'étouffer !

Anonymous
Invité
Invité
Ven 26 Juil 2013 - 17:38
- Bien des chats sont morts, oui, mais pas moi ! Cela se voit que tu ne me connais pas, ma petite ! Des choses comme ça, il m'en arrive je ne sais pas combien de fois par jour !

Elle nous sourit, un sourire tout mignon et remplie d'innocence. Mais nous nous l'observons avec horreur, comment peut-elle dire si désinvoltement des choses comme cela, bien de nos compagnons de clan était mort à cause d'une imprudence si banal. Peut être même que c'est la cause de la disparition de nos parents, nous ne savions pas, nous n'en savions rien. Nous n'en avions jamais parler avec notre soeur, jamais et elle ne voulais surement pas en parlait avec moi. La minette devant moi reprend:

- Et pour ce qui est des cailloux de couleur, ils servent à ça.

elle nous balança une boule rouge en plein dans notre bouche. Nous manquions de nous étrangler la première fois, puis nous machâmes comme la jeune femelle faissais. Un goût étrange et sucré. Nous la recrachâmes finalement, oui c'était pas mauvais, mais nous n'aimions pas le fait de devoir le garder en bouche.

- Alors ? C'est super bon non ? Attention à ne pas t'étouffer !

Nous la regardâmes et lui dîmes:

"- Ce n'est pas mauvais, je l'avoue, mais il faut que je m'en vais maintenant. "

Et sans attendre nous nous éloignâmes dans la nuit.

Anonymous
Félin Célèbre
Félin CélèbreVoir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Aoû 2013 - 20:36
|| RP fini ? (: ||
Quintessence d'Absinthe
Date d’inscription : 21/06/2013
Messages : 986
Puf : Levy, Em
Âge : 20
Multi-comptes : Elyseum & Diaprure de l'Hespérie
Invité
Invité
Mar 27 Aoû 2013 - 22:48
[[ je pensse que oui ^^ ]]
Anonymous
Invité
Invité
Mar 27 Aoû 2013 - 23:32
Je lock et je déplace donc ! ^^
Anonymous
Contenu sponsorisé
La gourmandise est un vilant défaut ! [ With Nuage de Crème ]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: