Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

Rêve étrange. Réalité ? [PV : Guerisseuse de l'Ombre]
Invité
Invité
Mar 2 Aoû 2011 - 19:14
Noir. Silence. Obscurité.
Enfermée dans cet endroit inconnu où ni mur, ni plantes ne délimitaient l'étendu de la prison, endroit plongé dans l'obscurité et le silence le plus profond, d'où ne provenait aucun signe de vie, pas même le ruissellement d'une rivière, le vent agitant les feuilles des arbres, l'odeur d'un lapin, le chant des oiseaux ... Rien.
Elle était seule, et pourtant l'impression d'être observée ne l'abandonnait pas. Il n'y avait aucune bruit, et pourtant l'impression d'entendre des voix chuchotant quelque chose de mélangeant aux autres chuchotements, ne donnant au final qu'un bruit de fond d'où aucun mot, aucune phrase n'étais compréhensible, était là. Il n'y avait aucune odeur imprégnant l'air, et pourtant celle de chats inconnus lui chatouillait le nez.
Le Rien.
Aucun bruit, à part les battements affolés de son coeur.
Aucune odeur, à part celle de sa peur.
Personne.
Accablée par la peur et le désespoir, elle n'osait pas bouger. S'attendant d'un moment à l'autre de voir surgir du noir un montre, elle avait sortit ses griffes et bandit ses muscles.
Et pourtant elle savait que si le danger allait faire apparition, elle ne pourrait esquisser un geste, paralysée par la peur.
Lorsque les chuchotements, le silence, l'odeur d'inconnus, la puanteur du rien, la peur et le noir devinrent insupportables, quelque chose changea.
De ce qui lui paraissait être à des kilomètres d'elle apparût une faible lumière.
Aussi rapidement que la lumière s'était manifestée, la peur disparue, laissant place à la curiosité.
Elle ne détacha pas le regard de cette chose qu'elle appréciait rien que parce qu'elle lui avait aspiré sa peur. Et il n'y avait pas de doute possible, cette chose avançait.
Plus elle avançait, plus l'obscurité et l'inconnu laissèrent place à la lumière et à une riche forêt, plus les chuchotements disparurent, laissant place aux bruits quotidiens et rassurants de cet environnement, tels que le ruissellement d'une rivière, la souris grignotant une graine non loin de là ... plus apparue une odeur sucrée de rose fraîche.
La Lumière n'était à présent plus très loin, et Déchirure du Passé distingua sans aucun doute que, baignée au centre de cette luminosité aveuglante, se trouva une silhouette. Peu de temps passa avant que la jeune guerrière pu affirmer qu'il s'agissait d'une chatte.
Le plus cette dernière s'approcha, le plus l'impression de l'avoir déjà vue s'empara de Déchirure du Passé.
Pelage roux, presque rouge au soleil, soyeux et lisse. Yeux bleus foncés, presque noirs, tels que l'eau de mer en pleine nuit, exprimant une grande joie et de l'amour pure, comme si elle était spécialement contente de voir la jeune guerrière de l'Ombre.

"-Ma ... maman ?"

La voix de Déchirure du Passé qu'elle voulut forte et assurée, se trouvait n'être qu'un faible chuchotement, tant elle était ébahie à la vue de la femelle assise en face d'elle.
Elle était envahie par la peur, le doute, la tristesse, et la joie. Sa mère ? Était-ce bien sa mère ? Morte alors que sa fille n'était encore qu'une petite boule de poils ? Après quoi la petite s'était renfermée sur elle même, ne laissant à personne voir qui elle était ? Mais sa mère, voulait-elle encore de sa fille, détestée par tout le monde, détestant tout le monde, ne souhaitant que la mort de tout ce félins qui lui avaient causé du mal ?
La femelle au pelage roux, quand à elle, n'avait pas cillé, ne serait ce qu'à son visage prometteur, mystérieux et empli de tendresse, elle avait rajouté un petit sourie amusé. Elle était toujours encore assise bien droite et sa queue sagement enroulée autour de ses pattes.
A la faible interrogation de sa fille, elle avait solennellement hoché la tête avant de la regarder d'un regard empli d'amour.
Un long moment de silence avait suivi.
En Déchirure du Passé se déroula tout un combat. Que fallait-il faire ? Que voulait-elle faire ? Elle ne savait pas.
Sa mère avait l'air de remarquer son hésitation, son incertitude. Elle se leva et fit un petit pas vers sa fille. Elle attendit la réaction de cette dernière, et voyant qu'elle ne bougea pas, elle refit un petit pas en avant. Et ainsi de suite, jusqu'à ce que mère et fille se trouvèrent nez à nez.
De nouveau un moment de silence. Même la forêt et ses habitants s'étaient tus, comme si eux aussi n'osèrent respirer, attendant la suite.
Déchirure du Passé, qui était raide depuis avant, laissa tomber les armes, abandonnant les questions, et se jeta au cou de sa mère, la câlinant comme elle avait rêvé le faire pendant si longtemps. Et sa mère lui rendit son câlin.
Elles restèrent longtemps ainsi, profitant de ces moments loupés par le passé.
Le coeur de Déchirure du Passé battit à pleine vitesse. Elle était emplie de bonheur, comme elle ne l'avait encore jamais été. Elle inhala à plein poumons l'odeur de sa mère, voulant se remémorer chaque parcelle de sa senteur.
Quand vint le moment de la relâcher, l'odeur était imprégnée dans le cerveau de la jeune guerrière de l'Ombre.
Lorsqu'elle lui regarda dans les yeux, dans l'espoir d'y voir l'amour qui lui avait tant manqué, elle y vit plus d'inquiétude et de sérieux qu'autre chose. Alertée, Déchirure du Passé se mit en garde.

"-En réalité, je suis venue te parler, envoyée par les autres membres du Clan des Etoiles. Je dois te parler d'une menace, que toi seule peu conquérir. Le temps me manque, alors il faut que tu écoutes attentivement, je ne le répèterais pas"

Déchirure du Passé était surpassée par les évènements. Quelle menace ? De quoi parlait-elle ?
Mais avant que la guerrière ne put avoir des réponses à ses questions, quelque chose d'anormal se produisit.
Alors qu'elle regardait sa mère, celle ci se dissipa dans un épais brouillard. Paniquée, Déchirure du Passé regarda aux alentours. Elle avait beau se concentrer, elle était entourée de ce brouillard épais, et la forêt rassurante et sa mère avaient disparus dans le rien.
Et tout d'un coup, elle se réveilla.

Hors d'haleine et en sueur, Déchirure du Passé sursauta. Quel avait été ce rêve ? Pourquoi n'avait elle pas pu entendre jusqu'à la fin ce que devait lui dire sa mère ? Que se passe t-il ?
La guerrière se leva, et sans prendre la peine de lisser son pelage, se dirigea vers la tanière du guérisseur. Elle ne prit pas en compte que tout les autres félins étaient déjà éveillés et la regardèrent d'un air étonné. Rares étaient les jours où elle se présenta dans cet état. Mais aujourd'hui, elle s'en fichait.
Lorsqu'elle était arrivée dans la tanière, elle se dirigea droit vers la guérisseuse, et sans prendre la peine de la saluer, elle dit

"Il faut que tu m'aides. Ma mère est venue me voir dans mon rêve, ayant révélé qu'une menace vole au dessus de nous, et ayant précisé que je serais la seule à y remédier. Sauf qu'elle n'a pas pu me donner plus d'explications. Le rêve s'est interrompu alors qu'elle n'avait pas finis de parler.
Je voudrais que tu m'accompagnes aux Hautes Pierres, afin de revivre mon rêve, et d'entendre les explications jusqu'à la fin."
Anonymous
Invité
Invité
Sam 20 Aoû 2011 - 19:24
[ UP ]
Anonymous
Invité
Invité
Ven 26 Aoû 2011 - 13:30
[C'est à Crèpe' de répondre, normalement ...]
Anonymous
Invité
Invité
Sam 27 Aoû 2011 - 19:46
|| Désolée du retard. >< ||


It's the night and I don't sleep...



~ Crépuscule Céleste ne parvenait pas à s'endormir.
La nuit était déjà bien avancée et pourtant, la guérisseuse de l'Ombre n'arrivait pas à trouver le sommeil. Pourquoi ? Il n'y avait absolument aucune explication à cela. La minette au poil aussi sombre que le ciel nocturne avait passé une journée épuisante, à chasser et ramasser des plantes ; elle avait de justesse échappé à un chien de Bipède et était rentrée au Camp sale et ébouriffée. Elle était donc morte de fatigue mais, inexplicablement, elle ne parvenait décidément qu'à se tourner et se retourner dans tous les sens sur sa confortable litière de mousse.

Sentant qu'elle n'arriverait pas à fermer l’œil, la jeune chatte, maussade, se leva maladroitement et entreprit de trier et ranger les plantes entassées dans sa Tanière en désordre. C'était un travail long et minutieux, mais curieusement, Crépu n'avait jamais considéré cette tâche comme une corvée : c'était plutôt pour elle un moyen de se détendre, de décompresser. Ceci l'aiderait peut-être à s'assoupir...

Soupirant, la noiraude s'attela à son travail. Il faudrait qu'elle récolte des graines de pavot, songea-t-elle ; si seulement elle en avait eu, elle aurait facilement trouvé le sommeil... mais voilà, il se trouvait qu'elle n'en avait pas et de toute manière, elle n'allait pas aller en chercher maintenant, alors que la nuit battait son plein ! Avec la malchance qui la caractérisait parfois, il se pouvait qu'elle s'assoupisse en chemin et que ses camarades de Clan, inquiets, partent à sa recherche... ce qu'elle voulait à tout prix éviter. Voici plusieurs lunes que notre dévouée guérisseuse s'acharnait à se faire remarquer le moins possible, alors elle n'allait pas ruiner ce dur labeur parce qu'une force inconnue l'empêchait de sombrer dans les bras de Morphée, tout de même ! C'aurait été tout à fait incongru.

Crèp regarda autour d'elle : dans la Tanière, un rayon de lune s'était infiltré, atterrissant sur le pelage tâcheté de son apprentie qui dormait tranquillement sur sa litière, ronflant par intermittences. Malgré elle, Crépuscule Céleste ne pouvait s'empêcher d'être attendrie à chaque fois qu'elle la regardait ; elle repensait à elle, plus jeune... cet entrain, cette envie d'apprendre... parfois, une douce nostalgie la prenait, nostalgie qu'elle s'empressait de chasser, car elle ne tenait pas à fondre en larmes.

Dehors, le ciel était clair et dégagé. La lune entamait sa descente ; bientôt, elle céderait sa place au majestueux astre du jour, et la vie reprendrait son cours. Comme chaque matin.

Le ciel était si beau cette nuit-là que notre guérisseuse se désintéressa de sa tâche pour continuer à l'observer. Elle avait toujours aimé observer le ciel, sentimentale qu'elle était. Avec un peu de chance, si elle restait comme ça jusqu'au lever du soleil, elle pourrait voir l'aube poindre à l'horizon, ce qui pour elle constituait un merveilleux spectacle. Car la minette noire avait toujours aimé ce moment divin où le soleil se couche, nommé Crépuscule, et trouvait que l'Aube ressemblait beaucoup à ce moment de la journée qui lui avait prêté son nom...

Cependant, au bout de quelques minutes d'observation, une douce torpeur s'empara petit à petit de Crépu ; elle ne tenta pas de lutter et, sans même s'en apercevoir, elle finit très vite par s'endormir à même le sol de sa Tanière.



Elle fut réveillée quelques heures plus tard -bien qu'elle eut l'impression de n'avoir pas dormi plus de trente secondes- par des bruits de pas qui se rapprochaient d'elle. Dehors, le soleil s'élevait à l'horizon. Sur la défensive, Crêp, de sa voix bougonne, tempêta :

    « Qui est là ? Qui ose me déranger dans mon sommeil ?! »


En guise de réponse, l'impoli qui venait de s'introduire dans sa caverne s'exclama :

    "Il faut que tu m'aides. Ma mère est venue me voir dans mon rêve, ayant révélé qu'une menace vole au dessus de nous, et ayant précisé que je serais la seule à y remédier. Sauf qu'elle n'a pas pu me donner plus d'explications. Le rêve s'est interrompu alors qu'elle n'avait pas fini de parler. Je voudrais que tu m'accompagnes aux Hautes Pierres, afin de revivre mon rêve, et d'entendre les explications jusqu'à la fin."


Maussade, la minette noire se leva à contrecœur , étirant un à un ses muscles douloureux. Elle bâilla bruyamment, puis fixa le rustre qui venait la gêner. Il s'agissait d'une femelle au court pelage noir comme l'ébène. Ses yeux bleus foncés la fixaient avec intensité tandis que ses oreilles pointues semblaient à l'écoute de n'importe quel bruit.

Interdite, la femelle aux yeux flamboyants ne sut tout d'abord pas quoi répondre. Un brouillard diffus emprisonnait son cerveau, et elle dut rassembler toute sa force et sa volonté pour le chasser et enfin rétorquer :

    « Et c'est pour ça que tu me réveilles ? Pour un rêve idiot ? Je suis guérisseuse et si une menace planait sur le Clan, j'en serait la première informée ! »


Déchirure du Passé, car c'était elle, semblait choquée et bouleversée par la déclaration de la noiraude, dont les yeux d'ambre lançaient des éclairs. Voyant à quel point sa réaction affectait la guerrière, Crépuscule Céleste se laissa cependant gagner par la douceur et la gentillesse et, d'un ton plus posé, continua :

    « Cependant... ça vaut peut-être le coup de se pencher sur la question. Je ne veux pas prendre de risque inutile. »


La femelle aux yeux bleus nuit semblait soulagée, d'un seul coup. Malicieuse, la guérisseuse du Clan fixa la guerrière de son regard pétillant et lui lança, amusée :

    « Pourquoi tu me contemples avec ces yeux de merlan frit ? Tu attends quoi, le déluge ? Va te préparer ! Je nous concocte deux ballots d'herbe pour couper la faim, je préviens Étoile Dansante et on y va. Il ne faut pas perdre de temps ! »

Anonymous
Contenu sponsorisé
Rêve étrange. Réalité ? [PV : Guerisseuse de l'Ombre]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: