Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

Une soeur, ça s'achète pas au super marché ! [PV Divine Agonie]
Invité
Invité
Ven 6 Mai 2011 - 18:12
Une sœur, ça s'achète pas au super marché !
Croc Acéré

"Sœurette !"


Croc Acéré avait couru, chassé, tué toute la journée. Toute la journée, il avait savouré le bonheur de la chair fraiche dans la bouche, des muscles plus ou moins filandreux se déchirant sous les griffes tranchantes, le couinement de la bête quand ses crocs s'enfonçaient dans la nuque... Et ce sang, tout ce sang que perdait les proies qui s'écoulaient dans la bouche comme une drogue... Enivrant ce parfum, de tuerie, de meurtre... Un lapin, encore un.
*Ce sera le dernier de la journée !*
Il se couche dans l'herbe et rampe. Doucement, tout doucement... Le lapin bondit. Le félin aussi. Un coup à la nuque. Il ouvre la bouche pour recevoir l'offrande sanglante. Rien ne vient. Il regarde le cadavre: 2 trous sur la nuque. Rien ne coule. Il hurle. Le mâle blanc hurle son désespoir. Il veut du sang, il a besoin de sang.

Une silhouette de chat. Au loin.
"Vient te battre et abreuver ma bouche de ton sang !"
Il avait hurlé. Le matou se précipite vers lui. Le félin s'approche avec une odeur enivrante. L'odeur de sa mère.
Anonymous
Invité
Invité
Dim 8 Mai 2011 - 17:53
Just blood

Le craquement sinistre des os rougis par le sang vermeil.
L'adrénaline saisissante d'une vie qui se brise entre tes pattes.
La caresse de la mort effleurant ta peau glaciale, comme tendue vers un exil informe.
Voilà à quoi se résumait la mise à mort d'une proie. Oui, je précise, et ce n'est point une erreur de ma part, la mise à mort. Plus violente que la chasse, un meurtre effectué sur une victime qui jamais ne cherchera querelle.
Voilà bien des lunes que Divine Agonie se livrait à cette occupation malsaine. Non pas qu'elle fut en manque de sang, elle ne faisait même pas preuve d'un réel sadisme. C'était juste l'expression d'un besoin viscéral de déchainer sa rage sur une créature innocente.


Innocence... Définition de ce mot? Je ne saurais le dire.
A l'avis de la solitaire, innoncence n'était qu'une façon gentille de dire naïveté. On vit dans un monde cruel, dont les occupants sont tout sauf innocents.
Au contraire, ils ne pensent qu'à faire saigner tes larmes, à s'ancrer au fond de toi, jusqu'à ce qu'ils soient impossible à déloger de ton coeur. Et lorsque qu'enfin tu te mets à aimer.. Ils te brisent. A tel point qu'il devient impossible de dicerner le Bien Du Mal, L'Ange du Démon, L'Enfer du Paradis.
Jusqu'à ce que tu tombes. Pour ne plus te relever.

Divine Agonie leva la tête . Son museau noir et blanc barbouillé de sang, elle prit une inspiration. Cette odeur... Un mâle. La dernière fois que la bicolore c'était frottée à un être de sexe masculin, ce fut soit pour le sang soit pour...

Une ombre perca le flot désiroire de ses pensées. Traits frolant la perfection, corps svelte, poil gris argent long et fourni et... Iris d'un bleu plus profond que le ciel abritant les anges. Saphir Eternel. Son unique amour. Celui qui l'avait trahie et trainée dans la poussière telle une lueur vacillante que l'on éteindrait...

Un sursaut de haine la parcouru. Elle se terra derrière un buisson à l'odeur âcre et observa le félin. Un poil blanc éclatant, taché de vermeil, à la doucâtre odeur métallique. Sang.
Il semblait en proie à un folie doucereuse mais violente, contrastre pour le moins... Êtrange. Mais à vrai dire plus rien n'étonnait Divine Agonie. Emportée par le flot de la vie, la réalité prenait pour elle goût de cauchemar. Un bien doux cauchemar. Dans lequel elle se réveillait à chaque fois. Et le mâle qui se tenait devant elle incarnait la mort dans toute sa splendeur.

La mort tourna la tête. Il l'avait repérée. Un cri sorti de sa bouche, des mots brutaux qui effleurèrent la conscience de la chatte au long poil noir et blanc, mais passèrent sans qu'elle ne puisse en saisir le sens. Il était question de... venir , de se battre, de se repaitre de...sang. Cet individu osait-il la provoquer? Si tel était son choix, il avait tout intérêt à maitriser l'art du combat sur le bout des griffes, Divine Agonie étant, bien heureusement, plus coriace qu'un simple rongeur, à l'existence si fragile. Le chat se tenait à présent devant elle, une lueur folle dans le regard. Un sadisme écoeurant, à l'état le plus pur qui soit. La vie , toujours en quête de victimes innocentes à persecuter n'avait pas du être bien tendre avec lui... Pour le pousser à un tel instinc bestial, les épreuves que le chat blanc avait traversées devaient être monstrueuses, si bien qu'il fut devenu un monstre à son tour. Comme le destin est cruel.

La mort la regarda, une lueur incertaine traversant ses prunelles . Il semblait en proie à une hésitation grandissante en contemplant l'autre solitaire. Celle-ci fut prise d'un plaisir malsain. Les rôles s'inversaient. A présent, elle était la mort. Et lui, un simple matou égaré dans les méandres de sa pathétique existence.
Décidant de jouer un peu avec lui, Divine Agonie s'assit, et le fixa de son intense regard vert. D'une voix doucereuse, elle murmurra:

"Tu sembles fort. Cela ne fait aucun doute. Mais crois-tu vraiment pouvoir m'affronter? Me tuer? J'ai vu des choses que tu n'imagines même pas dans tes sinistres rêves. Allons, tentons de nous comporter en civilisés... Les présentations? Divine Agonie. Tu n'as pas besoin d'en savoir plus pour le moment. Quel est ton nom guerrier solitaire?"

Un soupçon d'amusement vint habiller sa voix . Elle se réjouissait de l'état de plus en plus perplexe de son vis-à-vis. Quelque chose semblait lui retourner l'esprit. L'avait-il seulement entendue?
Divine Agonie huma l'air. Hummm. Êtrange. Dans le vent flottait une flagrance enfouie dans le plus profond de sa mémoire défaillante. Une senteur douce-amère remontant à son enfance... Si semblable à celle de sa génitrice, et pourtant tellement différente...






Anonymous
Invité
Invité
Lun 9 Mai 2011 - 19:26
"Tu veux du sang ?
Tu l'auras !"

Le grand matou était de plus en plus perplexe. Cette chatte blanche et noire portait bien l'odeur de sa mère, mais l'odeur de son père n'était pas. Il semblait percevoir les sentiments de la chatte par son odeur. Une brise d'un félin proche de sa mère lui vint, tour à tour d'autres souvenirs... Puis l'image d'un grand mâle s'imposa dans son esprit, ainsi que de l'amour, de la haine, du désespoir... Il fut troublé. Ces sentiments lui rappelaient des passages de sa vie. Sa rencontre avec Pelage de Tempête, la perte de sa mère, la séparation avec sa sœur... Puis un autre souvenir lui vint: sa haine. La haine qu'il avait éprouvé en tuant ce chat. Il s'en rappelait comme si c'était hier...

"Viens. Allez viens, Croc Acéré. Tu sais très bien que je vais te tuer et tu ne peux rien faire... Tu as tout ton temps. Moi aussi. Et quand j'aurai ta peau, je te jure que jamais tu n'auras le moindre repos. Avant de te tuer, je vais te faire souffrir, souffrir..."
Rire glacial.
"Allez, ne fais pas le chaton. Si tu viens à moi en te rendant, je te jure que j’abrègerais tes souffrances. Si tu m'affrontes, prépare toi à souffrir !"
Un combat. Ce combat qu'il n'oublierais jamais. L'autre avait tenu sa promesse. Il avait souffert, bien souffert. Mais avait vaincu. Une vieille ruse: un salut.
"Alors tu te rends ? Tu as fait le bon choix."
Un bond. Le dernier geste de l'autre. Il lui avait ouvert le ventre. Un petit coup de griffe, rien du tout. La fin d'une existence. Une vie s'achève, un combat aussi. Le soleil brille. Grognement.
"Tu m'a vaincu ! Tu as le droit de savoir mon nom !"
L'autre est étendu sur le sol. Du sang coule de son ventre. Il a une plaie au coin des lèvres. L’œil pleure. De douleur, de haine, de désespoir ? Le grand mâle blanc ne sait pas.
"Je suis Ournek !"
Ournek ! Le chat blanc pousse un hurlement. L'autre feule. La flamme dans le regard du meurtrier s’éteint. Il fixe le ciel sans le voir. Le traître n'est plus.

La voix glacé de la chatte le réveil.
"Peu t'importe mon nom, puisque tu vas me tuer. Ma rage s'est éteinte. Tes pensées ont rouverts mes blessures. Je n'ai pas de quoi te dire merci. Maintenant, exécute ton travail. Je lutterais, non pour ton plaisir, mais pour mon honneur."
Anonymous
Invité
Invité
Sam 14 Mai 2011 - 19:48




> Les principes sont les principes,

dussent les rues ruisseler de sang.







"Peu t'importe mon nom
, puisque tu vas me tuer. Ma rage s'est éteinte. Tes pensées ont rouverts mes blessures. Je n'ai pas de quoi te dire merci. Maintenant, exécute ton travail. Je lutterais, non pour ton plaisir, mais pour mon honneur."



E nfin, le matou daignait répondre... Sa voix n'était pas à l'image de son état mental instable , mais plutôt à celle de son physique, puissante, mais teintée d'une touche de desespoir . Comme si il tentait de se raccrocher à ce qui lui rester, en somme, sa dignité .
Quoi de plus précieux que la fierté qui nous habite tous? Elle qui nous intime notre conduite, parfois à tord, mais nous rend tellement plus forts... Elle nous dit de garder secrètes nos blessures, à jamais, de toujours garder la tête haute, quoi qu'il advienne, et , même si le Ciel devait se tacher du sang de l'être aimé, ne jamais, au grand jamais verser une larme en présence d'un autre félin. Ainsi ce résumait l'existance de Divine Agonie, un cercle qui convergeait inlassablement vers cet dignité frolant l'orgeuil.

Divine Agonie inspira, une fois de plus, l'air amer oxygénant ses poumons fatigués par course inlassable de la vie qui nous défie sans cesse. Comme une douce ivresse , l'eau coulant à flot dans une gorge désséchée. Une douce caresse si douloureuse, qui amena plus d'un souvenir en son âme. Son subconscient lui contait une histoire qui lui semblait inconnue. Une tache noirâtre de son passé, lui parlant d'une mère entravée par sa soif de pouvoir , qu'elle ne put , à sa connaissance, jamais assouvir.
Pouvoir. QU'est-ce? Juste un poison qui nous pousse au pire pour obtenir le meilleur. Le bonheur pour nous , la douleur pour les autres, que l'on écrase avec suffisance... Comme il le fit jadis... Non, Saphir Eternel, laisse cette pauvre chatte en paix, tes griffes lui ont déjà percé le coeur, et ton odeur, ta voix, ta présence hantent encore ses pauvres sens qu'elle tente en vain de détruire , rien que pour éclipser ton souvenir.

Une voix hurla dans sa tête. Une voix hurla sa fureur. Hurla sa peine. Hurla sa haine. Et ce mâle couleur des nuages qui la fixait sans sourciller, attendant qu'elle, Divine Agonie, joue son rôle et lui donne la mort. Mais en lui tout n'était que provocation pure et dure, dénuée de subtilité. Ses desseins étaient clair comme de l'eau de source. Bien sur qu'il se refusait à mourir. La vie à beau être vile, il y aura toujours des félins au courage inavouable pour toujours relever la tête. Fierté. Le maître-mot.
Fierté. Il avait l'orgeuil. Cela plut à la solitaire. Elle eut un sourire. Il se redressa et plongea ses yeux dans les émeraude de la vétérante, puis soutint son regard à la froideur inventive, concue pour cacher les points d'interrogation qui naissaient dans son crâne, tels des rêves hérissés de pics scindant son esprit en plusieurs parties. Elle l'avait déjà vu quelque part et pourtant... Ain de meubler le silence qui se faisait harassant, elle dit d'une voix sourde:


[b]"Tu es fier, un bon point pour toi. Dois-je te rappeller que c'est toi qui m'a attaquée? Je ne fais que me défendre. Mais si tu daignes te calmer peut-être pourrions nous parler... Si tu tiens à l'attaque... Dans ce cas je te tuerai. "

Elle avait parlé d'une voix assurée, bien que le mâle semblait être un adversaire tout à fait respectable, encore qu'il faille qu'il domine ses instincs sanginaires, lequels l'aservissaient de façon radicale. Mais Divine Agonie n'avait pas peur. Après tout que pouvait-il arriver au pire? La mort. Mais peut-être la mort n'était-elle pas si terrible que le dicte les contes. La mort n'était qu'une renaissance, la fin d'un monde, l'oubli total... Pourtant... Même si elle aurait pu être un soulagement pour notre solitaire éplorée et dépecée par ses souvenirs, jamais celle-ci n'avait pensé à mettre fin à ses jours, fierté oblige. Elle souhaitait mourir en héros, pas en lâche.

D'une voix plus douce elle murmurra à l'autre félin:

"Mais... Qui es-tu au juste... J'ai l'impression de t'avoir déjà croisé... Même ton odeur m'est familière... Qui es tu ...?"

Ses interrogations furent enfin exprimées... Némmoins, son coeur ne fut guère libéré, mais plutôt en proie à une angoisse nauséeuse, comme si la peur d'une vérité cachée au fond des âges prenait soudainement tout contrôle.




Anonymous
Invité
Invité
Lun 16 Mai 2011 - 20:45
"Quoi ???????"
"Mais... Qui es-tu au juste... J'ai l'impression de t'avoir déjà croisé... Même ton odeur m'est familière... Qui es tu ...?"
Il respira avec un peu moins de difficulté. Elle aussi était troublée ! Elle portait la même odeur que lui ! L'odeur de sa mère...

"Nuit Sombre !"
La chatte respirait avec difficultés.
"Que fais-tu là ? Qui t'as mis dans cet était ?"
La femelle transpirait à grosse goutte.
"Vite, au Clan de l'Ombre ! Le guérisseur s'occupera de toi."
La grise secoua la tête.
"Assassinat... Meurtre... Chat... Grand chat... Nom... Tuer moi..."
"Quel était le nom de ce chat ?"
"...Our... Our..."

Grande inspiration.
"Ournek"

C'est fini. Le fils tient la mère. La mère morte. Jamais un chat ne devrait tenir sa mère morte. Jamais. Croc Acéré se coucha au sol. Sa mère... Un chaton. Il était redevenu un chaton. Pleurant sur sa mère morte, comme tous les guerriers, apprentis ou chatons le feront un jour. Avant, parfois, de s'éteindre à leur tour. Dans les bras de sa mère.

Dans les bras de sa mère. Il aurait aimé mourir sur le corps sans vie de sa mère, plutôt que dans les griffes de cette chatte dont l'odeur allait le hanter jusque dans les Enfers. Divine Agonie. C'est un beau nom pour mourir. Le dernier qu'il aurait jamais entendu. Comme ça, il aurait l'impression de monter jusque tout là haut, où il pourrait voir du doré et du argenté pour le juger avant de finir dans le noir. Les bras des femelles... Les plus doux du monde. Sa compagne a qui il aurait aimé dire au revoir. Divine Agonie ne comprendrait pas. Elle ne savait pas. Comment pouvait-elle savoir ? Adieu...

"Eh bien... Ma mère était Nuit Sombre, morte dans les griffes d'un chat comme toi, sans pitié, sans loi, et sans amour. Je l'ai vengée. Par contre, je ne sais pas qui me vengera quand je mourrai sous tes coups..."
Anonymous
Invité
Invité
Sam 4 Juin 2011 - 9:59
[oulah j'avais pas vu ta réponse! je répond cet aprem' ou demain sincérement désolée o.O]
Anonymous
Contenu sponsorisé
Une soeur, ça s'achète pas au super marché ! [PV Divine Agonie]
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: