Le concept du forum se base directement sur le roman La Guerre des Clans d’Erin Hunter. LGDC Warriors dit « LW » a été fondé en 2007 par Étoile Noire, et il continue aujourd’hui de vivre grâce à ses infatigables membres toujours aussi déjantés ! Incarne un chat sauvage et rejoins l’un des quatre Clans de la forêt de Cerfblanc. Quel que soit ton choix, sois prêt à te battre pour ta tribu, chasse pour elle, rencontre les autres félins et marque de ta patte l’histoire des Clans ! LGDC Warriors est un forum RPG félins qui demande un minimum de 7 lignes par réponse. N’hésite pas à profiter également de la Chatbox et des différentes catégories hors-rp que propose le forum. Rejoins-nous vite, tu ne le regretteras pas !
LGDC Warriors
s'inscrirese connecter

Top Site
Votez toutes les 2 heures !
Nouvel évent sur LW
Suivez le fil d'actualité ICI.

[Scénario] Triste nouvelle......
Invité
Invité
Mar 20 Sep 2011 - 16:45
Deception




    Un bruit, un chant. Voilà les bruits sourds qui émanaient de la tanière. Les oiseaux étaient levé telles des pendules régler à la seconde près, mais eux ils chanter, un bruit sourd, aigus, mélodieux. Le silence ressortait derrière ce fond sonore, les chats du clan n’étaient pas encore réveillés et la patrouille de l’aube était en train d’accomplir ces actes. Les doux rayons de soleil venait lui caressait son beau poils roux. Les rayons de lumières arrivaient à peine sur ses yeux brillant, brillant de tristesse et d’illusion. Quelques poussières c’était déposer sur son pelage lustré à la perfection. Des toiles d’araignée avaient établie leurs quartiers dans les coins de la petite grotte. Plume Rousse se leva, une tâche difficile après avoir passer une mauvaise nuit, ses membrs lui tirait, lui lançait, il n'avait pas ressentie cela depuis la dernière guerre de clan, il pleurait de fatigue et de mal mais il devait tenir, il irait sans doutes rendre visite a la guerriseuse, des rêves étranges l’avaient hanté toute la nuit. Il s’étira et avança, il n’avait pas sa tête des bons jours mais bon cela aller sans doute passer. Il s’approcha de la pile de gibiers, il avait remarqué de loin avec ses yeux entrouvert, une souris qui lui fournirait la force et le courage de continuer cette journée.


    Mais un évènement l’interrompue sur sa route, tout le clan était regroupé près de l’entrée d’ajoncs, il formait un cercle et cela ne voulait rien dire de bon. Il s’approcha et la vue de deux chats apeuré le réveillé d’un seul coup. Les deux chats étaient Vif-argent et Nuage de Jais, leurs yeux étaient emplis de peur, vitreux, éblouis par la foule qui se trouver autour deux. Plume Rousse n’avait jamais vue ce guerrier dans cet état là, recroquevillé sur lui-même anéantie de tout son être. Plume Rousse n’entendait rien, les bruits couraient autour de lui mais il ne voulait pas écouté, cela n’amènerait qu’une mauvaise nouvelle et après une nuit blanche cela serait terrible pou le lieutenant. Il demanda aux guerriers de s’approchait, ils se déplacèrent telle deux chatons punit de leurs bêtise, le lieutenant ne prononça qu’un mot, d’une voix triste et monotone :

    « Parlez ! »
Anonymous
Invité
Invité
Sam 24 Sep 2011 - 16:02
Cela faisait bien longtemps que tes pattes n'avaient foulé le sol meuble de la forêt, bien longtemps que tu n'avais humé l'air humide de la nature, bien longtemps que tu n'avais connu les joies d'un corps. Tu poses timidement une patte argentée sur la terre boueuse, sans faire cas des salissures. Tu es chez toi, pour la première fois depuis des centaines de lunes. Depuis que Griffe de Tigre t'a tué. Tremblant encore de cette nouvelle vie que tu sens en ton sein, tu avances parmi les arbres. Tes instincts reprennent peu à peu le dessus. Bientôt ta marche est fluide, naturelle. Ce nouveau corps est presque semblable au tien, surtout cette épaisse fourrure gris argent striée de noir qui sied tant aux getteurs par les nuits d'hiver. Tu as quitté le camp par ce tunnel d'ajonc qui t'est si familier pour faire ce que tu fais le mieux : l'éclaireur. Tout à ta joie d'être revenu, tu sais qu'il n'y a nulle raison d'exalter, les temps sont sombres et c'est pour ça que tu es là. Le futur est bien plus incertain qu'il ne l'était de ton temps, l'équilibre des Clans dépend de vous, pauvre poignée de félins trop attachés à leurs traditions d'antan.

Tes pas silencieux te conduisent au Pic, et tu t'assieds, les moustaches frémissant dans le vent. Sous toi le territoire entier s'étale, à portée de vue. Du moins pas pour un félin normal. Mais tu es un Guetteur. Qui plus est tu es mort. Tes yeux voient tout, jusqu'au moindre mouvement qui agite les bois. Mais c'est autre chose qui te gêne. Les oreilles en arrière, tu écoutes ces craquements de branches dûs au déplacement d'un animal. Tu humes l'air et t'assagis. Derrière toi vient de surgir Nuage de Jais, tu n'as pas même besoin de le regarder. Tu reconnais sa maladresse. Vous êtes maintenant deux à observer. Un mouvement dans la plaine attire ton attention. Ta vue perçante accordée par le Clan des Etoiles te permet de distinguer des chats. Eux aussi te regardent. Et tu comprends. Ces chats ne sont pas normaux. Un frisson parcourt ton échine quand tu réalises qu'ils sont dangereux. Et tu es loin du compte pourtant.

Tu cours, et avec toi Nuage de Jais. Tu fuis, tu n'es pas un combattant après tout tu es un éclaireur. Et bien que les ennemis soient loin, tu cours comme si les fouets du diable claquaient dans ton dos. Tes pattes ne foulent presque pas le sol et Nuage de Jais a bien du mal à suivre. Après tout Vif-Argent, tu mérites ton nom. Rien ne peut te retenir, ton coeur bat comme s'il allait s'échapper de ta poitrine. Enfin tu passes le tunnel d'ajoncs à fond de train et t'écroules dans la clairière, suivi de l'ancien apprenti. Tes yeux brillent de la peur de l'inconnu. Tu ne sais pas ce qu'Ils sont, tu ne sais pas de quoi Ils sont capables. Puis vient Plume Rousse. Peut-être saura-t-il quoi faire. Devant vos mines atterrées, il prend un ton intransigeant et vous demande de parler.


« Nous les avons vus. Ceux dont le nom doit être tu. Je ne sais ce qu'ils sont exactement, ni de quoi ils sont capables, mais jamais de ma vie ou de ma mort je n'ai vu telles choses. »
Anonymous
Invité
Invité
Lun 26 Sep 2011 - 17:48
    Moi, Nuage de Jais, quitte en cet instant la toison argenté pour rejoindre la forêt qui m'a vu naître, il y a des centaines de lunes. J'ai été choisi, ainsi que cinq de mes anciens compagnons du Clan du Tonnerre d'autrefois, pour retourner sur terre aider nos descendants à lutter contre la nouvelle menace qui s'abat sur la forêt. Je suis fier d'avoir été choisi pour cette mission, et en même temps je suis terrifié à l'idée que si nous échouons, les quatre clans disparaîtrons, et la forêt sombrera dans le chaos.. Mais déjà l'heure n'est plus à palabrer en vains scrupules, je me réincarne. Quel sera mon hôte ?

    Les ténèbres m'entourent soudain alors que je suis aspiré dans un nouveau corps. Il fait un noir d'encre, seul brille d'un halo doré l'âme de mon hôte. Celle-ci il lutte contre ma présence avec hargne, refusant de me laisser prendre le contrôle de son corps, qui se cabre de douleur. Je résiste. Il se défend férocement, et pendant un instant, je manque d'être éjecté de son corps. Son esprit est fort, sauvage et hargneux. Il ne se laisse pas faire. J'accentue ma prise. Je ne peux pas échouer, l'avenir des Clans en dépend. Nos âmes se heurtent avec fracas, et le corps de mon hôte se tord dans un soubresaut d'agonie, il ne tiendra pas longtemps. L'âme du chat sauvage tente de me repousser une fois encore. Il ne comprend pas..
    Arrête !

    Je hurle, ma voix résonne étrangement, ici. L'âme arrête de lutter. Il est surpris. Et il a peur. Pourquoi est-ce que je fais ça, me demande-t-il. Alors je lui explique. Je lui explique tout, la prophétie, pourquoi j'ai besoin de son corps. Il doit sentir le désespoir dans ma voix, car il me laisse aussitôt sa place, en me disant qu'il comprend, que sa mère appartient elle aussi au Clan des Étoiles, et qu'elle l'a prévenu d'un grand danger. Il me laisse son corps, me dit d'en prendre soin, qu'il m'aidera s'il le peut. Je le remercie et je sombre dans un étrange tourbillon de sensations oubliées...

    J'aspire une grande goulée d'air dans un hoquet et ouvre les yeux. La lumière vive m'éblouit, tandis que d'autres sensations m'assaillent : les senteurs entêtantes de la forêt, les bruit imperceptibles de la vie sous le tapis de feuilles mortes et d'humus, le vent frais sur ma fourrure. Je me redresse, mes pattes s'enfoncent légèrement dans le sol meuble de la forêt. Pour la première fois depuis que j'ai rejoins le Clan des Étoiles, je goûte à nouveau la joie d'être en vie. Une énergie nouvelle s'empare de mon nouveau corps. Soudain rempli d'ivresse, je m'élance dans un galop effréné sous le couvert des arbres.

    Mon hôte est un grand matou noir et blanc, à la fourrure épaisse et soyeuse, assez haut sur pattes. Sa musculature puissante me propulse en avant sans effort, et je retrouve avec un infini plaisir les sensations d’autrefois. Son corps agile et endurant me convient à la perfection. Je savoure le plaisir de la course sans me soucier de rien, simplement heureux d'être là. Bientôt, mes pas me guident jusqu'au Pic, et une odeur familière me chatouille le museau. Je gravis la pente, me fiant à mon odorat, et souris en apercevant mon vieux compagnon. Vif-Argent.

    Je m’assois à ses côtés. Nous ne parlons pas, nous nous connaissons trop bien. Ensemble, nous guettons. A nos pattes s’étend la forêt. Elle semble calme et paisible, qui croirait alors qu'elle renferme un tel danger ? Mais le calme apparent ne dure pas. La bas au loin, un groupe de félins attirent notre attention. Ils ne sont pas comme les autres. Ils sont..Différents, effrayants. Mes poils se hérissent. Un frisson me parcours l'échine. Les chats nous ont vu. A côté de moi, Vif-argent se redresse, la fourrure gonflée par la peur. Il fait volte-face et détale à tout allure vers le Camp. Je file à sa suite, tentant tant bien que mal de le suivre. Mais Vif-Argent est rapide, insaisissable. c'est d'ailleurs ce qui lui à valu son nom.

    Enfin, j'aperçois le camp. Nous nous engouffrons dans le tunnel d'ajoncs à toute allure, et déboulons dans la clairière. Mon coeur semble sur le point d'éclater. A bout de souffle, je m'écroule dans la poussière, incapable de parler. J'halette convulsivement pour reprendre mon souffle, le poil encore tout hérissé, les yeux écarquillés par une peur indiscible. Je ne sais pas ce que sont ces chats, ni même si ce sont vraiment des chats. Mais le danger qui émane d'eux me pétrifie. Puis vient Plume Rousse notre lieutenant, la mine inquiète. Je n'ose pas dire ce que j'ai vu, d'ailleurs, j'en serai bien incapable. Heureusement, Vif-Argent se charge d'informer Plume Rousse. Je me contente de fixer notre lieutenant d'un air terrifié, dans l'attente d'un conseil, d'une décision, quelque chose, n'importe quoi qui m'oblige à bouger, pour que la peur cesse de me clouer au sol ...
Anonymous
Invité
Invité
Sam 8 Oct 2011 - 10:14
[ Bouton d'Or à toi de répondre ! ]
Anonymous
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Oct 2011 - 20:09
[Sautez le tour de Bouton d'Or, elle vous rejoindra plus tard Wink.]
Étoile de Foudre
Date d’inscription : 05/02/2011
Messages : 1114
Puf : Zork.
Âge : 26
Invité
Invité
Mer 12 Oct 2011 - 19:11
♣ J'en avais marre d'attendre dans ma tanière, avec des apprentis. Quelle malchance d'être tombée sur une apprentie.

Franchement, on peut rien faire dans ce mini-corps. En plus, je dois faire toutes les corvées des anciens.

Cest moi l'ancienne!!!! Je fais rien pour les anciens moi !!!! Franchement, pourquoi ais-je eu ce petit truc là ???

*Ils vont m'entendre le clan des étoiles. Bon, je vais pas rester là à rien faire. Une petite balade me fera du bien.*

Je sortit alros en douce du camp. j'étais petite et maigre, je passais partout. Je choisis d'aller au Sycomore.

C'est vraimment bien de pouvoir marcher tranquillement sans avoir à surveiller les clans, faisant n'importe quoi.

<< KYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH >>

Je regarda ce qui m'avait fait très mal à la patte. je vit un piège d'humain. Il y avait un drôle de liquide dessus.

Je le regarda de plus près, grinçant des dents à cause de la douleur. C' était.... du poison. Affollée j'essaya de sortitr ma patte meurtrie de

ce piège. Au bout de plusieurs essais je réussis enfin à la sortir de là. Ma patte saigne très fort. Le poison s'infiltre peu à peu dans la

blessure. Je cherche un point d'eau pour nettoyer ma patte. * Pff, je dois aller à la frontière entre nous et le clan de la rivière.*

Quelle malchance aujourd'hui. Heureusement, il n'y avait personne à la rivière. J'ai pu nettoyer ma pauvre patte. J'ai aussi trouver de

la toile d'araignée. Ma patte ne saigne plus. mais le poison,lui,commence à faire effet ! Mais je tien !! Je ne me laisserais pas remourir.

Il éxiste un remède ancestral !! Des fleures d'iris!! Mais, ces fleurs poussent loin, après les hautes pierres dans une zone marécageuse. Je

partit alors pour 1 jour et demi de marche. J'arriva alors proche d'un champ. Je le traversa rapidement mais me stoppa net à la fin.

j'étais arrivée à destination !! Il y avait une grande zone de marécage. J'avança et décrocha d'un coup de dent une fleur d'Iris.

Je la mâchonna et laissa couler le jus sur ma patte devenu grosse comme une pastèque et toute blanche. J'en prit toute une resèrve et

repartit vers mon camp... L'esprit tranquil. je m'étais habituée à ce corps et je m'étais soignée... J'allais reprendre mon " entrainement "
Anonymous
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Oct 2011 - 20:06
[UP Soie, faudrait peut être terminer ta réponse x_x.]
Étoile de Foudre
Date d’inscription : 05/02/2011
Messages : 1114
Puf : Zork.
Âge : 26
Invité
Invité
Dim 16 Oct 2011 - 20:29
    [Sincèrement désolée pour l'attente (je joue Bouton d'Or x)), je répondrai dès que j'aurai le temps, entre les cours, les devoirs, les EEFs etc. Je commence ma réponse dès ce soir. (; ]
Anonymous
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Oct 2011 - 2:13
    | UP |
Élégance du Rat
Date d’inscription : 02/10/2010
Messages : 2627
Puf : Wave.
Rang EÉF : Vétéran
Âge : 24
Invité
Invité
Lun 7 Nov 2011 - 17:06
||Re-UP||
Anonymous
Invité
Invité
Sam 19 Nov 2011 - 15:28
 La nuit était bien avancée lorsque la chose se produisit. Les étoiles scintillaient dans le ciel d’encre, promesse de beau temps, tandis qu’au gré du vent humide qui soufflait sur la forêt les arbres se balançaient légèrement, de droite à gauche, tels des marionnettes guidées par un marionnettiste pour le moins peu inspiré. Quelques feuilles voltigeaient par-ci par-là, témoignant de l’arrivée de la saison des feuilles mortes, puis tombaient sur le sol, sans un bruit.
Le silence était presque total ; mis-à-part les ululements de quelques bêtes nocturnes, on n’entendait quasiment rien. Aussi peut-on comprendre la terreur ressentie par la moitié de la forêt lorsqu'un déchirant cri de stupeur mêlée de souffrance déchira le calme nocturne.

« Raaah. », bougonna une voix tonitruante. « Toujours aussi sensible, ces jeunots. De mon temps... »


Cette voix, reconnaissable entre toutes, appartenait à une chatte que tout le monde connaissait ; à l'heure qu'il était, très rares étaient ceux qui l'avaient déjà vue, mais tout le monde en avait entendu parler au moins une fois dans sa vie. Cette légende n'était autre que Bouton d'Or, ancienne membre du Clan du Tonnerre.
Voilà qu'elle scrutait le corps dont elle venait de prendre possession avec suspicion. A première vue, le poil qui recouvrait ce corps était gris, strié de noir. Ses yeux verts étaient perçants, et son ventre étrangement proéminent...

« Youpeeh, j'ai atterri dans le corps d'une Reine. Regardez-moi ce ventre ! Il traîne presque sur le sol ! Comment est-ce qu'ils espèrent que je pourrai me battre avec ça ? Rah. »


Mais malgré son courroux apparent, Bouton d'Or ne pouvait pas nier qu'elle était heureuse de pouvoir, enfin, courir à nouveau dans la forêt, la truffe au vent.
Mais pour l'heure, la farouche guerrière n'était pas d'humeur à courir et à sautiller joyeusement ; tous ses muscles hurlaient à l'unisson, elle avait un mal fou à formuler une pensée cohérente et ses paupières se fermaient malgré qu'elle lutât de toutes ses forces pour les garder ouvertes. Elle ne pouvait pas se leurrer : elle était fatiguée, pire, exténuée, par ce combat contre cette minette qui ne lui avait pas laissé son corps si facilement...

Bah, je m'amuserai demain.


Et, sur cette pensée réconfortante, l'ancienne membre du Tonnerre, revenue à la vie, pénétra silencieusement dans la Pouponnière et se coucha sur la seule litière libre, celle qui vraisemblablement appartenait à la future mère dont elle avait emprunté le corps. Puis, en l'espace d'une seconde, Bouton d'Or tomba dans les profonds abysses du sommeil.




Elle se réveilla en sursaut quelques heures plus tard, bien qu'elle ait l'impression de ne pas avoir fermé les paupières plus de quelques secondes. Un vacarme sans nom l'avait tiré de son sommeil réparateur mais, plus que tout, c'était l'odeur âcre qui venait lui titiller les narines qui l'avait arrachée à la douce étreinte de Morphée. Une odeur qu'elle aurait reconnu entre mille ; le fumet écœurant de la peur.
Jetant un regard autour d'elle, elle s'aperçut vite qu'elle était seule dans la Pouponnière ; les autres reines avaient dû aller voir ce qui se tramait au dehors. Déterminée, la farouche guerrière décida d'en faire tout autant.
Tandis qu'elle s'étirait sauvagement et que ses muscles ankylosés protestaient à l'unisson, Bouton d'Or se surprit à apprécier cette « douleur », preuve supplémentaire qu'elle était bien vivante. Mais pas le temps de s'attarder sur des sensations anodines ; après un rapide coup de langue sur le pelage argenté strié de noir, coup de langue qui arracha une grimace de dégoût à la revenante -son hôte ne devait pas faire souvent sa toilette-, elle sortit joyeusement de la tanière de ronce qui abritait les reines et leurs petits.
Aussitôt qu'elle fut sorti de l'abri confortable, elle fut éblouie par le soleil et dut cligner des yeux plusieurs fois pour enfin réussir à distinguer quelque chose. Et ce qu'elle vit lui coupa le souffle pendant un instant : deux de ses camarades de Clan se trouvaient là, haletant, les yeux exorbités, et étaient en train de raconter au lieutenant du Clan ce qui les avait mis dans un état pareil.
Bouton d'Or était choquée. Elle savait qu'ils auraient affaire à la Menace, mais pas si tôt, mince ! Son sang bouillait dans ses veines, elle avait soif de combat et de vengeance ; elle tenta de se calmer en se focalisant sur son souffle retrouvé, sur la sensation du vent sur son pelage.
Ce fut peine perdue. Après tout, si elle était ici, c'était pour protéger le Clan, non ? Alors elle se planta devant Plume Rousse et déclara, ses yeux lançant des éclairs qui semblaient transpercer le lieutenant :

« On ne peut pas rester là, la bouche ouverte, à gober des mouches ! Nous devons agir, c'est notre devoir ! »
 

Anonymous
Félin Légendaire
Félin LégendaireVoir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Jan 2012 - 18:58
|UP|
Lyrisme Astral
Date d’inscription : 23/08/2011
Messages : 3116
Puf : Ebène || Mamie Bébène || Bébène 8D
Âge : 20
Multi-comptes : Patte Céleste & Petite Crécerelle (Tonnerre), Philza (Solitaire)
Invité
Invité
Mer 1 Fév 2012 - 19:19
    | Je ne pense pas que ça soit utile de Upper ; de toute manière, le Scénar est en suspension. (; |
Anonymous
Contenu sponsorisé
[Scénario] Triste nouvelle......
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Sauter vers: